J’sais pas quoi lire S02E15 : Le coupeur de mots

Le livre : Un jour, après la classe, Paul rencontre un étrange personnage, Filolog,  qui lui propose de faire ses devoirs à sa place. En contrepartie, ce colporteur un peu diabolique demande à Paul de lui céder tous ses articles définis, puis ses prépositions et ses formes verbales… Ravi de l’aubaine, Paul accepte le marché. Mais bientôt, il parle un langage si appauvri que ses camarades se moquent de lui. Le professeur se fâche et les punitions pleuvent. Voilà Paul bien ennuyé. Arrivera-t-il à racheter à ce diable de coupeur de mots tous ces éléments grammaticaux qui lui font cruellement défaut ?

Le coupeur de mots

Lire la suite

J’sais pas quoi lire S02E14 : Will et ses frères

Le livre : Marty, Will, Donnie, Bert et HP sont cinq frères plutôt remuants. Le jour où leur père les a surpris accrochés aux rideaux, le visage peinturluré avec les produits de maquillage de leur mère, il a décidé que les aînés passeraient leurs après-midi à la bibliothèque jusqu’à la fin des vacances. Ils découvrent ainsi le royaume de Patator, la bibliothécaire.

Will et ses frères

Lire la suite

J’sais pas quoi lire S02E13 : Akimbo et les éléphants

Le livre : Akimbo habite avec ses parents dans une grande réserve africaine. Un jour qu’il accompagne son père et les gardiens pour une tournée de surveillance, ils découvrent une éléphante morte à qui on a enlevé ses défenses. Akimbo décide de s’attaquer aux braconniers et s’infiltre dans leur réseau. En participant à une expédition nocturne, le jeune garçon se retrouve face à un rhinocéros.

akimbo

Lire la suite

Dossier harcèlement : prévenir ou s’en sortir 5/5

L’Organisation Mondiale de la Santé accorde une grande importance au développement sain d’un enfant. L’OMS considère le harcèlement scolaire comme une violence et invite les états membres à développer les compétences psycho-sociales à la maison et à l’école afin de prévenir la violence sociale.

parents, enseignants, médecins, éducateurs, nous devons tous nous sentir concernés

Les adultes éducateurs, qu’ils soient parents, enseignants, professionnels médicaux ou encore éducateurs peuvent tous apporter leur pierre à l’édifice pour tenter de contenir ce fléau. En promouvant le respect, le civisme, les rapports égalitaires, le respect des différences et l’égalité entre toutes les personnes.

Il est également important de prendre en considération la violence que le harcèlement représente, notamment pour les victimes et les témoins. Un enfant doit savoir qu’il pourra être entendu dans sa plainte ou son témoignage, et donc autorisé à signaler (et non dénoncer) une situation de harcèlement.

Enfin, il est essentiel et vital de permettre aux enfant de s’en sortir et de leur apprendre à se défendre.

La prévention du harcèlement scolaire: les 3 « E »

selon Catherine Verdier (Psychologue-psychothérapeute-analyste pour enfants et adolescents, fondatrice de Psyfamille à Luxembourg)

Les enfants ne naissent pas avec un mode d’emploi relationnel et, la prévention passe par le développement de comportements pro-sociaux. La capacité à s’affirmer sans passivité ni agressivité peut s’enseigner dès le plus jeune âge grâce aux 3 « E »:

Les Émotions: la compréhension de nos propres émotions permet de comprendre celles des autres et les besoins qui y sont associés. Ce vocabulaire des émotions est une hygiène de vie qui nous permet de ne pas s’oublier en tant qu’individu. En effet comment comprendre l’autre si nous sommes débordés par nos émotions ?

L’Estime de soi est au cœur de la problématique du harcèlement scolaire: un harceleur tend à avoir une faible estime de lui-même puisqu’il a besoin de rabaisser les autres pour se sentir fort. A l’inverse, avoir une confiance en soi défaillante, être timide et avoir des relations sociales difficiles, constituent des facteurs de risque (mais ne sont nullement des excuses) pour être agressé. Et bien sûr, l’estime de soi d’une victime qui s’érode au fil des agressions.

L’estime de soi se forge sur la base d’une éducation positive et bienveillante (respecter l’enfant et son rythme, le valoriser, l’encourager, positiver chaque progrès, ne pas le juger, l’amener à trouver des solutions).

Apaiser, comprendre, encourager sont les bases d’une estime de soi solide. Et sachez que plus un enfant reçoit de bienveillance, plus son cerveau secrète une hormone appelée ocytocine (hormone du bien-être et du lien avec les autres) et plus il a de chance de devenir empathique et altruiste.

L’Empathie est un état d’esprit. Elle ne s’enseigne pas, elle se transmet par l’exemple et le modèle adulte que nous montrons. L’empathie est la disposition à ressentir ce que l’autre ressent. Elle existe dès le plus jeune âge et il s’agit de continuer tout au long de la croissance de l’enfant à entretenir cette valeur indispensable à un meilleur savoir-être.

Ces trois axes permettent de développer au quotidien et par tous les adultes s’occupant d’enfants, ce qu’ils ont de meilleur en eux: assertivité, audace, ouverture d’esprit, réflexion, curiosité et compétences relationnelles.

C’est-à-dire un meilleur savoir-être avec soi et les autres pour qu’un enfant ne devienne ni victime ni harceleur dans sa vie.

 

ED. DU ROCHER

Catherine Verdier – #J’aime les autres, les bonnes relations à l’école – Editions du Rocher, septembre 2017

 

apprendre aux enfants à se défendre et à rompre le cercle vicieux

Et si, pour une fois, on regardait le problème sous un autre angle ? Si, au lieu de convoquer les harceleurs pour les punir, on cherchait à mieux armer les harcelés pour leur donner les moyens de se défendre eux-mêmes ? Cette démarche n’est jamais le premier réflexe des adultes qui, n’écoutant que leur bon cœur, volent au secours de l’enfant harcelé – ce qu’on ne saurait leur reprocher. Cependant, en intervenant pour sermonner le harceleur, le responsable d’établissement ou l’enseignant renforce bien souvent et sans le vouloir, l’image de victime de l’élève harcelé. La conviction qu’il est incapable de s’en sortir tout seul s’installe chez lui comme chez les autres élèves. Une croyance qui alimente souvent un cercle vicieux engendrant de nouvelles situations de harcèlement.

L’enfant ou l’adolescent harcelé a moins besoin, en réalité, de la protection des adultes que d’apprendre à se faire respecter. Ces compétences, il peut les acquérir s’il bénéficie, au bon moment, du soutien adéquat. C’est ce que propose la thérapie « brève et stratégique », développée en France par les équipes du réseau Chagrin scolaire depuis une dizaine d’années. Cette façon inédite d’aborder les situations de souffrance scolaire s’appuie sur les travaux du Mental Research Institute (MRI), à Palo Alto (Etats-Unis), héritier de « l’école de Palo Alto », un courant fondé dans les années 1950 par le psychologue américain Gregory Bateson.

Une stratégie qui permet de résoudre 85 % des cas de harcèlement vus en consultation

Les thérapeutes du réseau Chagrin scolaire élaborent un plan d’action individuel et adapté à la situation de chaque enfant. Une sorte de scénario que l’enfant met ensuite en œuvre dans la cour de récréation au moment où le harcèlement se produit.

Cette approche est d’autant plus intéressante qu’elle répond à l’hypothèse que les harcelés ne sont pas nécessairement et exclusivement « sélectionnés » sur leur différence mais sur une faille à un instant t dans laquelle le harceleur s’engouffre.

L’appel au « respect de la différence » entre les élèves ne suffit donc pas à lui seul pour résoudre le problème de harcèlement. En revanche, amener les harcelés à modifier leur réaction permet de briser le cercle vicieux. Au lieu d’un timide « Arrête ! » qui laisse entendre au harceleur qu’il n’y aura aucune conséquence à ses actes, les harcelés sont amenés à envoyer le message : « Continue et tu vas t’en mordre les doigts, notamment en ce qui concerne ta popularité ».

Ces méthode aide les enfants qui souffrent à restaurer leur confiance en eux et les amènent à savoir se défendre. Ils peuvent alors se faire respecter s’ils rencontrent, ultérieurement, des situations similaires.

 

sources : 3 clés pour prévenir le harcèlement scolaire et s’en défendre

Harcèlement à l’école : apprenons aux enfants à se défendre

 

DOSSIER HARCÈLEMENT

Article précédent : Des conséquences graves

Dossier harcèlement : des conséquences graves 4/5

Si les effets dramatiques et immédiats du harcèlement scolaire sont relativement bien connus : troubles du sommeil, décrochage scolaire, dépression, suicide… De nouvelles recherches mettent en lumière les conséquences du harcèlement sur le long terme et leur impact à l’âge adulte.

Le harcèlement ne forge pas le caractère, il le détruit

À court terme, le harcèlement provoque des troubles du métabolisme et du comportement ainsi qu’un isolement relationnel. À moyen terme peuvent apparaitre des troubles anxio-dépressifs et l’échec scolaire. À long terme, on observe des troubles de la socialisation et des troubles psychiatriques : dépréciation de soi, dépression…

Le syndrome post-harcèlement à l’âge adulte

Ellen Walser deLara, thérapiste de la famille et professeure en travail social à l’Université de Syracuse dans l’État de New York, a interviewé plus de 800 personnes âgées de 18 à 65. Elle a identifié des symptômes récurrents qu’elle a nommé : APBS pour « adult post-bullying syndrome » ou « syndrome post-harcèlement à l’âge adulte ». Dans son étude, elle a pu analyser que plus d’un tiers des personnes qui ont été harcelées et qu’elle a pu suivre sont affectées par ce syndrome post-harcèlement.

Selon la chercheuse, dans une certaine mesure, ce syndrome peut être rapproché du « syndrome de stress post-traumatique ». Ce syndrome se retrouve chez des personnes ayant subi des expériences terriblement traumatisantes, lesquelles perturbent fortement leurs réponses combat-fuite (réaction de l’organisme face aux menaces et au stress).

Des séquelles dans la vie professionnelle

Le harcèlement scolaire a aussi des répercussions sur la carrière professionnelle. Les participants ayant été maltraités par leurs camarades ont admis avoir des difficultés à trouver du travail et à garder leur emploi longtemps.

« Être victime de harcèlement est très traumatisant et peut laisser des cicatrices émotionnelles pour le reste de sa vie, estime le psychologue Guy Winch. Par conséquent, certaines personnes, quoi qu’elles fassent, vont toujours avoir moins confiance en elles que les autres, ratant ainsi des opportunités. »

DES CONSÉQUENCES POUR TOUS LES ACTEURS DU HARCÈLEMENT

Qu’en est-il des harceleurs ? Des chercheurs de l’université de Pittsburgh, en Pennsylvanie ont suivi 305 hommes, du cours préparatoire jusqu’à leur trentième anniversaire, en analysant régulièrement leur état de santé. Chacun d’entre eux avaient été harcelé ou harceleur entre l’âge de 10 et 12 ans. Une fois adultes, près de 260 participants ont passé des tests sanguins et rempli un questionnaire pour évaluer leur niveau de stress, mieux connaître leurs habitudes alimentaires et leur statut socio-économique.

Résultat, les enfants harceleurs sont nombreux à rester agressifs à l’âge adulte, voire hostiles. Ils sont plus enclins à consommer des substances addictives, et, plus étonnant, leur risque cardiovasculaire augmente. Plus de 20 ans après, ils sont quotidiennement confrontés à des situations de stress.

« Les deux groupes subissaient beaucoup de stress à l’âge adulte, on peut donc dire que l’impact du harcèlement dure longtemps ! » précise la chercheuse Karen Matthews, responsable de l’étude. « La plupart des recherches sur le harcèlement se concentraient sur les conséquences sur la santé mentale, mais nous souhaitions examiner l’effet potentiel du harcèlement sur la santé physique et les facteurs de risque psychosociaux ayant eux-mêmes un impact négatif sur la santé physique« , ajoute-t-elle.

 

 

DOSSIER HARCÈLEMENT

Article précédent :Une relation triangulaire 

Article suivant : Prévenir ou s’en sortir

Comment être heureux d’apprendre à l’école ? (France Inter)

Pourquoi une éducation punitive peut conduire à l’échec scolaire ? Catherine Guéguen, pionnière de l’éducation positive, qui a connu un grands succès avec son ouvrage « Pour une enfance heureuse », publie un nouveau livre consacré à la scolarité positive, en s’appuyant sur les neurosciences

Le bonheur à l’école ? © Getty / JGI/Jamie Grill

Comment rendre nos enfants heureux à l’école ? C’est la question que nous posons ce matin. Alors que l’écrasante majorité des enfants en bas âge prend plaisir à apprendre, pourquoi nombre d’entre eux ne s’épanouissent pas suffisamment à l’école ? Une école synonyme de stress et de peur d’échouer. Pourquoi une éducation placée sous le signe du lien chaleureux et de l’empathie génère un cercle vertueux, bon pour les enfants et les enseignants…

Pourquoi une éducation punitive peut conduire à l’échec scolaire ?

Quel est l’impact de la dévalorisation et de l’humiliation verbale ? Quels sont les outils offerts aux enseignants pour rendre heureux nos enfants en classe ? Quels sont les critiques que l’on peut adresser à cette éducation bienveillante ?

avec

Ecoutez l’émission :